Hommage collatéral

Pensée émue pour le Pape de l'ANPE qui nous a quittés depuis bientôt quinze jours. L'homme, dont la pomme nourrit désormais les vers, aimait tant Français, vaches et droit de veto!

A la faveur d'avril, il goûtait le printemps, toutes oreilles et narines dehors, quand devant sa porte les vents chassaient le brouillard la nuit venue.

Son humanité électrisait les foules d'Osirak à Clichy-sous-Bois ; ses bons mots rassuraient, déridant jusqu'au plus moustachu de ses amis du Levant.

Puisse l' Histoire rendre un jour justice à ce grand Président - comme le fit le Tribunal Correctionnel - en lui taillant une place à sa mesure dans les frises scolaires, lui qui fut et sera à jamais, le légendaire parachuté de Corrèze qui mourut roi dans le coeur des Polynésiens.